Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2008

Les outils actuels de protection du paysage.

1739530359.jpg

Nous dressons ici une liste des  outils déjà utilisés pour protéger le patrimoine urbain et paysager, en précisant les sites qui en ont bénéficié. Ces outils pourraient bien sûr être utilisés à nouveau, ils sont donc très importants.

•Le classement en ZPPAUP (Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager) (Code de l'Environnement), ex: Salles-Arbuissonnas le 20 février 1990 : le classement ne concerne que le bourg, l'église, le cloître et le chapître. Il est à remarquer que les vues depuis le chapitre et vers le chapitre ne sont pas protégées, en particulier la Croix-Polage, le Cret,  Montjoly et le Bussy… ce qui constitue une grave carence.

A été classé en ZPPAU, en  1990, le village de Thizy, ainsi que le centre de Pommiers et le centre d'Anse en 2005.

Le classement de sites (Code de l'Environnement)

Ont été classés : La chapelle Saint-Hippolyte et les arbres qui l'entourent à Theizé (CC du Bois d'Oingt)

Le vieux village de Ternand (CC du Bois d'Oingt)

Le Val de Saône, Saint Georges de Reneins, Belleville, Taponas (CC Beaujolais-Vauxonne et     Beaujolais Val de Saône)

L'inscription de sites (Code de l'Environnement)

Ont été inscrits :           Le sommet du Mont Brouilly sur Odenas et Saint-Lager (CC Beaujolais-Val de Saône)

Les Gorges du Sornin et terrains avoisinants à Propières (CC du Haut-Beaujolais)

Le château de la Roche et ses abords à Jullié (CC de la région de Beaujeu)

Le château et le parc de Jarnioux                                (CC du Bois d'Oingt)

Le vieux village de Chamelet                                                            =

Le vieux village d'Oingt                                                   =

L'Ile de Beyne et rive avoisinante sur la Saône à Quincieux (CC Monts d'Or-Azergues)

 Le château de Varax et son parc à Marcilly d'Azergues                           =                            

Le château de Bionnay et son parc à Lacenas (CC Beaujolais-Nizerand-Morgon)

Le Col des Echarmeaux et ses abords à Poule-les-Echarmeaux  (CC Haute Vallée d'Azergues)

L'église, les tilleuls, la ferme, le vieux bourg à Chambost-Allières                 =

Le centre-ville de Villefranche-sur-Saône

Le classement dans le réseau Natura 2000, réseau de sites naturels protégés à l'échelle européenne visant à préserver les espèces et les habitats menacés et/ou remarquables.

Par arrêté du 24 avril 2006 les prairies humides et forêts alluviales du Val de Saône

dont une partie se situe sur Belleville, Saint Georges de Reneins et Taponas en bord de Saône (département du Rhône).

Le classement dans le réseau des Grands Sites de France.

Aucun site du Beaujolais n'est classé à ce titre. Le plus proche est la Roche de Solutré qui fait partie du sud-maconnais.

Le Département (depuis 1991) a  créé la notion  d' «espaces naturels sensibles», sites naturels qu'il entend préserver, mettre en valeur et selon la nature des lieux ouvrir au public. Il en a répertorié 89 dont en Beaujolais

sous forme de sentiers :         

Le sentier de Port-Rivière (Saint-Georges-de-Reneins)

Le sentier du lac des Sapins (Cublize)

Le sentier de Bourdelan (Anse)

Le sentier du Bois de la Flachère (Le Bois d'Oingt-Légny-Saint-Vérand)

Le sentier botanique des Pierres Folles (Saint-Jean-des-Vignes)

Sous forme de parcours et circuits du Val de Saône :

Le circuit de la Lône de Taponas

Le parcours de l'île de Belleville

Le circuit des Grandes Terres

Le circuit des Trous de Terre

Le parcours nature de Port-Rivière

Le parcours de La Grange du Diable

Le circuit du Marais de Boîtray

Enfin les Landes du Haut Beaujolais, dites encore «Landes de Sainte Marie»

les différentes protections au titre des monuments historiques (classement et inscription à l'inventaire supplémentaire)

Sans compter les maisons de Villefranche, 80 bâtiments en Pays Beaujolais sont aujourd'hui protégés. La protection est souvent partielle et délimitée spatialement. Cette protection entraîne une protection de 500 mètres autour du bâtiment.

Des espaces extérieurs ont été classés mais de façon très limitée (liste exhaustive):

En 1972, outre le château de la Chaize, le jardin à la française et le potager.

En 1996, outre le château de Laye, le «parc agricole et paysager» créé par le comte de Choulot, y compris allées, plans d'eau, bosquets, potager.

En 1997: outre le château de la Bussière, le jardin (Saint-Marcel-L'Eclairé)

En 2000 : outre le château de Montmelas, le potager et ses éléments bâtis, le parc en totalité avec son mur d'enceinte, ses deux portes d'entrée et l'ensemble du système hydraulique.

En 2007 : le jardin à la française du château de Longsard

Les Affaires Culturelles n'accordent plus que rarement une protection entraînant une possibilité de subventions. Cependant il soutient d'une façon plus ou moins indirecte un certain nombre de lieux en attribuant des «labels»  ou en accordant  un «agrément fiscal» et en obligeant le propriétaire à ouvrir au public au moins 40 jours par an.

1 «jardin remarquable» en Beaujolais : le parc de Laye

Plusieurs jardins du Beaujolais sont ouverts pour les «rendez-vous aux jardins» organisés par la DRAC:

Le Jardin du château de Pizay (Saint Jean d'Ardières)

Les jardins du château de Bionnay (Lacenas)

Le parc du château de la Chaize (Odenas)

Le parc du château de Laye (Saint-Georges-de-Reneins)

Le parc du château de Vaurenard (Gleizé)

Certains bâtiments plus modestes que des châteaux, des bâtiments de la vie rurale, peuvent obtenir le label de la Fondation du Patrimoine.

Ces trois dernières mesures ne constituent pas une protection mais simplement une aide à un propriétaire pour l'entretien de ses  bâtiments qui représentent un intérêt patrimonial. Il n'y a donc aucune garantie sur l'avenir.

•En dehors des outils qui viennent d'être cités, il faut étudier les PLU (Plans locaux d'Urbanisme) et les classements de protection qui y ont été faits, par exemple les Zones Agricoles Protégés (ZAP), les plans de prévention des risques naturels et prévisibles (PPR), les zones de ruissellement, les zones inondables etc….