Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2010

Le projet LYBERTEC

L'entrepôt GOODMAN-HARTMANN,

à BELLEVILLE

le début d'un projet gigantesque dénommé LYBERTEC

 

Entretien avec M. Bernard Fialaire, Maire de Belleville, Président de la CC Beaujolais-Val de Saône, Vice-président du Conseil Général du Rhône (8 décembre 2009)

Autour de M. Fialaire- Mme Brossard pdte PB et M Conrad- Minist-re de l-Environnement.jpg

 Nous avons vu surgir un gigantesque bâtiment, genre entrepôt, au printemps 2009, près de l'entreprise Berthoud, le long de la voie ferrée à Belleville. Tous ceux qui habitent le Beaujolais sur les collines que ce soit sur les communes de Belleville, Saint Lager, Odenas, Cercié  sont contraints de subir cette barre horizontale qui occupe une partie de la vallée de la Saône. Le bâtiment est tellement visible des hauteurs du Beaujolais que nous avons demandé une entrevue avec M. Bernard Fialaire afin qu'il nous explique les raisons d'être de ce projet.

 Bernard Fialaire rappelle que malgré ses efforts de communication et d'information, il constate que notre démarche prouve qu'il y a des failles dans cette communication. Notre association est invitée régulièrement aux réunions concernant LYBERTEC.

 

1) Le projet LYBERTEC  (LYon BEaujolais Rhône TEChnoparc)

 Comment mettre en valeur des espaces à priori difficiles à aménager,  situés entre la voie ferrée et l'autoroute A6  mais qui bénéficie de la nouvelle sortie nord  de Villefranche sur Saône (sortie 31.1), mis en service fin 2006 ? Ainsi a vu le jour le projet LYBERTEC

Ce projet d'aménagement intègre plusieurs composantes :

  • une zone d'activités économique à caractère industriel et artisanal de l'ordre de 5 ha disposant d'une importante vitrine sur l'autoroute A6,
  • une zone commerciale de 30 ha en vue de l'implantation d'un ensemble commercial sur le thème de l'équipement de la maison,
  • un parc de loisirs, détente et découverte de la nature, sur un vaste plan d'eau relié à la Saône,
  • un parc dédié aux activités tertiaires, sur une trentaine d'hectares, fortement arboré et en prise directe avec l'autoroute,
  • une recomposition de l'entrée nord de l'agglomération de Villefranche avec la PORTE DU BEAUJOLAIS, pôle d'accueil touristique qui veut accueillir les différentes clientèles, excursionnistes, touristes, usagers de l'autoroute et les inciter à découvrir toutes les facettes touristiques et économiques du Beaujolais,
  • les prescriptions du SCOT qui pousse à densifier les centres urbains, près des voies de communication (accueillir 40.000 habitants dans la région d'ici 2030) avec un projet de contournement de Belleville et limite du développement urbain à cette ceinture.

 Le projet de parc d'activités LYBERTEC résulte des constats suivants :

  • une pénurie de grands espaces permettant l'accueil d'activités économiques dans le département du Rhône,
  • un espace rural vaste, avec un paysage de qualité, bordés d'espaces naturels remarquables,
  • un site bien implanté au nord de Lyon et bien desservi (autoroute, nationale, voie ferrée, gaz, gare SNCF, TGV à 20 mn et aéroport à 40 mn).

Sur la base de ce constat, élus et partenaires locaux ont exprimé leur volonté de réussir l'aménagement d'un parc d'activités inspiré ou issu de démarches de développement durable et respectant notamment une charte de qualité environnementale afin d'être certifié ISO 14001. Le syndicat mixte cherche à aller encore plus loin que la réglementation de l'Etat, par une démarche PALME (association des Parcs d'Activités Labellisés Maitrise de l'Environnement). Le cahier des charges concerne aussi le chantier.

 LYBERTEC est un Syndicat mixte chargé de la réalisation de ce parc d'activités constitué en octobre 2007. Il est composé des collectivités suivantes :

Conseil Général du Rhône (50%)

Chambre de Commerce et d'Industrie de Villefranche et du Beaujolais (30%),

Communauté de Communes Beaujolais-Val de Saône (17%),

Communauté de Communes Beaujolais-Vauxonne (3%)

Ce Syndicat mixte fait suite au syndicat mixte d'étude « Beaujolais Technoparc », qui a engagé depuis 2004 divers travaux : Etude de positionnement économique 2005

                Analyse environnementale 2005

                Scénarios d'aménagement 2005

                Avancement du projet 2006

La zone de réflexion a été définie sur les communes de Belleville, Charentay et St Georges de Reneins, à 40 km au nord de Lyon, entre Villefranche sur Saône (10 km, au sud) et Mâcon (15 km, au nord). (Région Rhône - Alpes, Département du Rhône). Gare SNCF à Belleville et à St Georges de Reneins (ligne REAL1 Mâcon-Vienne, 420 000 voyages/an, en progression de 16% par an depuis 4 ans), voie ferrée voyageurs et fret Paris-Lyon en bordure de zone, proximité de la gare TGV de Mâcon Loché (20 mn). Aéroport Lyon St Exupéry à 40 mn. Autoroute A6 (sortie Belleville), RD306 (ex RN6), future voie de liaison / contournement de Belleville avec desserte directe du parc d'activités. Halte fluviale sur la Saône à 3km. Altitude 175 à 200 m, relativement plat, alluvions par endroits recouverts de loess et de limons, espace agricole de prairies, quelques terres labourées, très peu de constructions.

Ce projet est reconnu par toutes les instances régionales, départementales et locales. Il est répertorié par des organismes comme la Région Urbaine de Lyon (RUL), ADERLY (Agence pour le Développement Economique de la Région Lyonnaise) et le SCOT Beaujolais2 en tant que site majeur d'implantation d'entreprises.

Le site d'étude initial s'étend sur 800 ha : c'est un espace naturel et patrimonial riche :

Proximité de sites classés :

l'Hôtel Dieu de Belleville, le musée Claude Bernard, à St Julien, le château médiéval d'Arginy à Charentay et le Château des Ravatys, propriété de l'Institut pasteur, à St Lager, le prieuré de Salles-Arbuissonnas en Beaujolais...

le mont Brouilly et son espace viticole (deux des dix crus du Beaujolais),

les Bords de Saône (Espace naturel sensible).

Présence de deux ZNIEFF de type I, avec des espèces protégées : Prairie des Rousses, pour la pie-grièche à tête rousse, et Mares des Rousses, pour l'agrion de Mercure,

Présence de corridors écologiques aériens et terrestres.

Un cours d'eau, la Mézerine, des espaces boisés et bocagés,

Un paysage « romantique », avec les collines du Beaujolais, un fond boisé et des prairies bocagères.

 

Les premières études ont permis de définir une zone d'activité de 140 ha dans la partie nord de cet espace, en tenant compte : des espaces naturels et patrimoniaux, du paysage et de la topographie, des lieux d'habitations et des sièges d'exploitation agricole. (bureau d'études : SOBERCO Environnement)

A titre indicatif, sur les 140 ha qui seront consacrés au parc d'activités à partir de 2008, les premières études ont permis de définir les orientations suivantes :

100 ha environ seront commercialisés, avec 1/3 d'espaces verts pour le tertiaire et un COS de 0,35 ; le COS sera de 0,25 pour les autres activités (parc à faible densité de construction.)

40 ha seront consacrés aux infrastructures et aux espaces naturels, sous maîtrise publique (espaces verts et espaces naturels : 20 ha, rivière et bassins : 7 ha, espaces publics : 6 ha, voiries, dont pistes cyclables : 7 ha.)

 

La SAFER s'occupe de l'échange des terrains. Le souhait est de réaliser un pôle de haute compétitivité agroalimentaire et santé en liaison avec l'université, d'ajouter de l'intelligence (exemple de Sofia Antipolis). Il ne s'agit pas de faire venir n'importe quoi.

A terme, le parc pourrait représenter de 3000 à 5000 emplois. Des actions d'accompagnements sont engagées en matière de logements, de déplacements et de services.

2) Comment s'insère l'entrepôt GOODMAN-HARTMANN dans LYBERTEC

Il semblerait que c'est au niveau national qu'a été décidée l'implantation de Hartmann à Belleville. L'entreprise allait s'installer en Espagne ou en Belgique.

On peut lire dans le journal de la C.C. (septembre 2009) ceci :

« Depuis le mois de mai, les habitants de la communauté de communes peuvent apercevoir, depuis la route de la Grange Berchet, les tractopelles, grues et autres engins de chantier participer activement à la construction du futur bâtiment de logistique et d'assemblage de kits médicaux destiné à la société HARTMANN. Ceci constitue la première opération s'installant à l'entrée du futur parc d'activités économiques LYBERTEC.

La société Hartmann, spécialiste des produits médicaux à usage unique en milieu hospitalier, maisons de retraite et pharmacies, est une entreprise d'envergure européenne qui déménage son centre de conditionnement et de distribution de Villefranche-sur-Saône sur la commune de Belleville, du fait de l'impossibilité de se développer sur place.

Les travaux s'effectuent en deux tranches: une première tranche de 24000 m2 d'entrepôt sera livrée en octobre, permettant à la société HARTMANN de prendre possession du bâtiment ; la seconde tranche de 24000 m2 sera livrée en janvier 2010.

Cette implantation, importante en terme d'emploi (140 emplois prévus) et de développement du territoire beaujolais, est réalisée par la société GOODMAN, société d'investissement et de construction de bâtiments logistiques.
Pour cette implantation, le Syndicat Mixte de réalisation LYBERTEC a fait appliquer au constructeur GOODMAN un cahier des charges de prescriptions environnementales, architecturales, paysagères et techniques.

 Le projet HARTMANN a été réalisé dans un esprit de concertation permettant de tendre vers une implantation exemplaire du point de vue environnemental :

  • Intégration de panneaux solaires pour l'eau chaude sanitaire
 Nombreux espaces verts et aménagements paysagers
 Plantations d'espèces locales
 Récupération des eaux pluviales de toiture pour l'arrosage des espaces verts
 Traitement des eaux par phyto-épuration» www.cc-beaujolaisvaldesaone.fr

 

plan lybertec.jpg

 

plan lybertec.jpg

Nous remercions M. Fialaire de nous avoir reçus et d'avoir consacré deux bonnes heures à combler nos lacunes. Nous en avons profité pour lui parler de notre projet de sensibiliser les élus du Pays Beaujolais à un projet de PNR. Il s'est dit ouvert à tout. Mais il estime que beaucoup est déjà fait pour la protection de l'environnement, ce qui n'est, bien sûr, pas notre avis. (à suivre)

 Conclusion de « Paysages Beaujolais »

 

Le gigantisme de l’entrepôt Goodman-Hartmann semble avoir été imposé. Et il n’est qu’une première installation marquant l’entrée du parc d’activité Nord. M. Fialaire nous a assuré que les autres installations seraient beaucoup plus petites. En attendant il faut réparer, arranger l’aspect de cet entrepôt qui fait  4 hectares et demi d’espace couvert ! d’un seul tenant sur une surface totale de 12 hectares. Il reste autour un espace de 7,5 hectares dont la moitié est bitumée pour le chargement et déchargement des camions. Donc pour cacher tout cet ensemble, il reste 3,75 hectares où seront plantés sur des surfaces plus ou moins vallonnées haies, arbres et pelouses. C’est très peu. Comment rendre invisible une surface de toit pareille, alors que le Beaujolais domine tout cet ensemble. D’autre part, nous constatons la pauvreté des cartes pour se rendre vraiment compte du (des) projet(s). Il ne faut pas perdre de vue que l’entrepôt Hartmann ne représente que 12 hectares sur les 100 hectares à commercialiser à venir.

 

Or, on constate sur ce premier projet une carence manifeste au niveau de la conception et de la communication. Avec les documents en notre possession et rendus publics, nous ne pouvons pas nous rendre compte réellement de l’impact que peut avoir un tel projet sur le paysage, tant du point de vue de chaque commune concernée que de celui des communes beaujolaises environnantes.

Au niveau de l’avant-projet et au vu de son importance, un rendu en 3D devrait être imposé au groupe constructeur afin qu’on sache avant que le projet soit accepté, quel sera le rendu définitif à partir d’Odenas, la colline de Brouilly ou les hauts de Belleville. Quand on sait que l’entrepôt Hartmann n’est que le début d’un parc d’activité de 100 hectares, nous ne formulons pas un vœu pieux mais une demande d’engagement de la part des maîtres d’ouvrage et des communes concernées. Paysages Beaujolais rappelle que c’est le point IV de la synthèse du Forum Territorial, tenu sous la présidence de M. Daniel Paccoud, le 17 septembre 2009.