Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/04/2014

Fête des Plantes au Manoir de la Garde les 12-13 avril 2014

FLYER VERSO DU 26.03.2014.pdf

Notre association "Paysages Beaujolais" sera présente à cette belle manifestation. Les organisateurs mettent à notre disposition un stand où il sera possible de signer notre pétition pour un PNR du Beaujolais et où nous pourrons vous donner des explications sur la démarche Géopark. 

 

10/03/2014

Une liste à Pouilly le Monial nous répond : oui à un PNR

En réponse à votre lettre ouverte parue récemment dans la presse locale, nous vous informons par la présente que, si nous sommes élus lors des prochaines élections municipales à Pouilly le Monial, nous soutiendrons le projet de création d'un Parc Naturel Régional en Beaujolais et essaierons de convaincre d'autres élus de le faire. En effet, ce projet va tout à fait dans le sens des valeurs que nous souhaitons promouvoir dans notre région et notamment une cohérence territoriale, une gouvernance générale, une protection des paysages, une valorisation du tourisme et des producteurs locaux ainsi qu'un contrôle accru des projets de constructions et d'infrastructures en tous genres.
Nous vous remercions pour votre action et vous adressons nos sincères salutations
Liste "Pouilly-le-Monial : l'Alternative"
menée par Alexandre Chavanne (a.chavanne@wanadoo.fr)

26/02/2014

RÉPONSE A DANIEL PACCOUD, PRÉSIDENT DU SYNDICAT MIXTE DU BEAUJOLAIS, SUR UN PNR EN BEAUJOLAIS, suite à l'article du "Patriote" du 6 février 2014

1- Daniel Paccoud : « Il faut être réaliste, il n’y aura pas de Parc Naturel Régional du Beaujolais. La Région Rhône-Alpes a été très claire sur le sujet, elle a dit qu’il était hors de question de recréer d’autres PNR. » 

PAYSAGES BEAUJOLAIS : Ce n’est pas le nombre de PNR existant qui justifie la création d’un nouveau PNR, c’est la nécessité de protéger un territoire en danger. La Région n’avait pas jugé utile il y a une douzaine d’années de déclarer le Beaujolais éligible, d’où sa réponse à Monsieur Paccoud, président du Syndicat Mixte du Beaujolais, seule instance qui recouvre tout le Beaujolais. C’est donc à nos élus de savoir se faire entendre. 

 

2- DP : « On voit toutes les difficultés et le temps nécessaire pour mettre en place celui de la Dombes. »

PB : Oui, le PNR de la Dombes est laborieux à mettre en place, mais parce qu’il arrive trop tard sur un territoire déjà écologiquement très altéré. C’est le manque de volonté politique au niveau local qui rend l’avancement du projet difficile.

 

3- DP : « Une partie des personnes qui demandent la création d’un PNR en Beaujolais font partie des associations qui ont travaillé avec nous sur la charte paysagère du Schéma de Cohérence Territoriale, le SCOT. Leur démarche est positive et doit être écoutée. »

PB : Alors, écoutez-les ! Il n’existe aucun autre outil de protection, c’est ce qui a justifié par exemple la création du PNR des Baronnies. Il fallait parer à la pression foncière.

 

4- DP : « Un PNR, ce n’est pas seulement un outil de préservation de la nature. Cela sous-entend des contraintes, par exemple en matière de développement économique. »

PB : Un PNR ce sont des contraintes, oui. Mais l'absence de contraintes signifie développement anarchique, mitage, saccage ! Un PNR met des moyens humains et financiers au service de l’intérêt général de tout un pays, pour un développement local, raisonné, diversifié, équilibré et harmonieux, dans le respect du patrimoine sous toutes ses formes. 

 

5- DP : « Le SCOT est déjà relativement contraignant. En matière d’urbanisation, il pose des limites aux communes qui élaborent leur Plan Local d’Urbanisme, le PLU. »

PB : Un PNR, oui ce sont aussi des contraintes, mais pour les bétonneurs. Nous voyons tous les jours que les limites imposées par le SCOT n’empêchent pas la « banlieurisation » qui monte à l’assaut de nos collines. La mise en place du SCOT a poussé les communes à établir  un PLU, mais chacune le fait sans concertation avec les communes voisines, au détriment d’un aménagement global harmonieux. Ce rôle d’harmonisation ne peut pas être tenu par le SCOT, qui n’en a pas les moyens.

D’autre part, le SCOT n’est pas opposable aux grands projets de l’Etat (autoroutes, LGV…), ce qui le rend impuissant à protéger notre pays.

 

6- DP : « Je connais assez de maires qui pestent d’ailleurs contre le SCOT et la réduction des surfaces constructibles ! »

PB : Certains maires pestent, oui, car on les empêche de faire du clientélisme au détriment de l’intérêt général. Les PLU, en planifiant les terrains constructibles, entraînent une mainmise systématique des promoteurs. Le manque de nouveaux terrains constructibles entraînera automatiquement des révisions de PLU, et donc à long terme une catastrophe patrimoniale, écologique et paysagère.

 

7- DP : « Des choses se sont faites qui n’auraient pas dû, tout n’est pas encore parfait. » 

PB : De la part d’un élu, cet aveu vaudrait bien une explication!

 

8- DP : « Il faudra peut-être 10 ans avant de constater l’efficacité de toutes ces mesures. Mais l’impact est réel. »

PB : Monsieur Paccoud nous demande un acte de foi. Nous n'y croyons pas. Dans 10 ans il sera trop tard, nous serons une triste banlieue de Lyon à Mâcon, qui aura phagocyté nos jolis villages ! Notre paysage a plus changé en 10 ans qu’en 10 siècles, et les maisons et les lotissements continuent à pousser, chaque commune réclame sa Z.A.C., les routes sont de plus en plus fréquentées et dangereuses, les besoins en infrastructures augmentent.

Nous avons besoin d’élus qui pensent à long terme et de manière collégiale à l’avenir du Beaujolais.

 

9- DP : « Le projet de Géoparc avance, … il y a aussi la démarche « Villes & Pays d’Art & d’Histoire » pour laquelle les Pierres Dorées sont candidates… On peut évoquer le travail mené via le SCOT, ou, dans un autre registre, la réflexion à propos de la création d’une marque « Beaujolais » partagée. » 

PB : Oui, l’élaboration du SCOT a incité les communes à réfléchir ensemble, et c’est très positif, mais une fois la charte signée, le SCOT ne reste plus qu’un outil de référence et de contrôle et perd toute dynamique ! Les subventions accordées dans le cadre du CDDRA (Comité de Développement Durable de Rhône-Alpes) et gérées par le Syndicat Mixte du Beaujolais existent, mais saupoudrées, sans vue globale,  elles perdent en efficacité et lisibilité. Oui, beaucoup d’initiatives voient le jour en Beaujolais et expriment l'inquiétude vis-à-vis de la perte de nos paysages. Elles sont autant de premiers pas vers un PNR qui les intégrerait toutes : Géoparc, Valorisation des paysages agricoles par l’UVB (Union Viticole du Beaujolais), programme Leader du Beaujolais Vert, les travaux du CAUE (Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement ), de la FRAPNA, du Comité des Rivières du Beaujolais, du CLD (Comité Local de Développement), la Charte de Fontevraud pour les Pays de Brouilly, les dossiers de « Villes d’Art et Histoire » de Villefranche et de « Pays d’Art et Histoire » des Pierres Dorées, Elles & Beaujolais...

Car malgré toutes ces initiatives,  on continue à assister à un véritable massacre de notre pays, à un pillage programmé de notre paysage.

Le SCOT, ce sont des contraintes communes mais c'est un outil dépassé car les pressions de la grande métropole lyonnaise sont trop fortes.

Le PNR c’est un projet commun dans l’intérêt général de notre Beaujolais et qui serait la seule instance capable de résister à Lyon. 

 

Agissons avant qu’il ne soit "vraiment" trop tard

 

Vous êtes candidat aux municipales ?

 Si,  pour vous, nos paysages, nos villages, notre patrimoine sont des facteurs de développement économique : 

 Apportez un souffle nouveau !

 Inscrivez le PNR dans votre programme,

 Revendiquez-le auprès de la Région !

 

 

05/02/2014

LETTRE OUVERTE AUX CANDIDATS AUX ELECTIONS MUNICIPALES EN BEAUJOLAIS :

 

 CREATION D'UN PARC NATUREL REGIONAL DU BEAUJOLAIS

 

Notre paysage mérite qu’on s’y intéresse.

Or, face à la pression foncière et immobilière, aux difficultés de la viticulture, aux besoins accrus d’infrastructures (routes, autoroutes, voies ferrées, aéroports), nous sommes inquiets.

Nous pensons qu’il est indispensable de préserver les atouts de notre territoire : son patrimoine architectural et paysager, sa diversité et son originalité, son potentiel touristique.  

La création d'un Parc Naturel Régional est un projet global et porteur qui permet de fédérer de nombreux acteurs du territoire pour aboutir à des résultats concrets.

Nos adhérents et l’ensemble des signataires de la pétition souhaitent connaître votre engagement.

Une fois élue, votre liste s'engagera-t-elle à débattre avec d'autres listes élues du Beaujolais sur un projet de PNR ? Il est temps de cesser les querelles de clocher, et que toutes les communes du Beaujolais s'unissent pour gérer ensemble le devenir de leur pays.

Merci de faire connaître votre position sur le blog de notre association : paysages.beaujolais.com  

Vos réponses seront publiées avant le 1er tour.

 

Lecteurs, interpellez vos élus sur cette question !

Pour en savoir plus sur ce qu'est un PNR : www.parcs-naturels-régionaux.fr  

Signez la pétition  : «pour la création d’un Parc Naturel Régional du Beaujolais »

 

  

 

19/01/2013

Une visite insolite dans une ancienne mine de Propières

Une quinzaine d’adhérents de « Paysages Beaujolais » ont eu le privilège de visiter la mine de plomb de Propières, le 5 septembre dernier, sous la conduite de Monique Velay, présidente de « Patrimoine en Haut–Sornin » et de deux guides, Jacques Chassy et Jean-Laurent Biron. Ces visites sont rares et ne se font qu’en été quand les chauves-souris ne sont plus là. 

Casqués, munis de lampes de poche, courbés, guidés par des spécialistes compétents et attentifs, nous avons pénétré et avancé sur deux cents mètres. Ce fut une expérience marquante pour chacun d’entre nous. 

Lire la suite