Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2011

Entrevue de Noël Collomb avec Pierre JAMET

Compte-Rendu de l'entrevue de Noël Collomb, Co-président de l'Association Sauvegarde des Coteaux du Lyonnais avec Pierre JAMET (Directeur des Services du Conseil Général du Rhône et bras droit de Michel MERCIER, Président du Conseil général)  le jeudi 3 mars à 9 heures.



 

 Etait présent aussi un des secrétaires de Pierre Jamet avec lequel ce dernier  avait préparé le projet de Faux COL (liaison autoroutière entre Arnas avec jonction avec l'A6 et les Olmes avec jonction avec l'A89, Alain GUYON (Président du Comité local SCL de Brindas qui avait assisté à la séance publique du 19 novembre au CG69), Jean-Marc DUSSARDIER ( Membre du Bureau de la SCL intercommunale et président du Comité local SCL de Taluyers), Edmond LUCA (Expert consultant en transport), et moi-même (Co-président de la SCL intercommunale).
 
La SCL a souligné les aspects positifs du SNIT (Schéma National des Infrastructures de Transports) qui met l'accent sur les infrastructures ferroviaires mais a insisté sur le fait que les 5% du budget prévu pour les 1000 km de projets routiers ont été sous-évalués car ils comprennent essentiellement les subventions d'équilibre que réclameront les sociétés d'autoroutes auxquels ces 1 000 km de projets autoroutiers seront concédés. Pierre JAMET le conteste légèrement.
 
La SCL a indiqué ensuite qu'elle a été très surprise par la séance du 19 novembre 2010 au CG69 : en effet, il devait s'agir au départ d'un avis donné à l'Etat par le CG sur le projet de SNIT et il en est ressorti un projet de liaison autoroutière entre Les Olmes et Villefranche-nord (Arnas) en confusion avec le COL partiel de 25 km préconisé par le SNIT. La SCL a formulé son  opposition à tout projet autoroutier et regrette que la seule solution proposée aux déplacements au nord du département soit, une fois de plus, autoroutière.
 
Elle dit qu'il n'est pas possible que ce projet du département entre dans le cadre du SNIT puisque le COL préconisé par l'Etat doit obligatoirement entrer à l'intérieur du périmètre d'études fixé par Jean-Claude GAYSSOT (Ministre des Transports) en juin 2000. Surprise et embarras de la part de ses interlocuteurs qui commencent par dire que le périmètre d'études de 2000 n'empêche pas au CG 69 de proposer autre chose. La SCL prétexte de cet argument  pour démontrer qu' il s'agit bien de deux projets différents et que le grand risque est d'avoir sur le dos les deux projets. A plusieurs reprises, mais toujours embarrassé, Pierre JAMET répond en disant que les délais fixés par le gouvernement pour cette délibération étaient très courts et qu'il a fait au plus vite sans véritablement voir le problème du périmètre d'études  pour le COL . La SCL  rétorque que, pour que le projet du CG69 soit au moins logique (sans pour autant que la SCL soit d'accord avec cette solution), il eut fallu proposer un nouveau périmètre d'études incluant Arnas/Les Olmes et demander l'annulation du périmètre d'études 2000.
 
La SCL insiste sur le fait que le projet du Conseil Général n'empêche donc en rien la réalisation du grand COL puisque le périmètre d'études 2000 reste en vigueur : contestation de Pierre JAMET qui indique que la délibération du CG69 implique l'arrêt du COL au branchement avec l'A89. Il admet finalement que la SCL peut avoir raison et, se tournant vers son secrétaire, projette d'en parler à Michel MERCIER pour que la demande d'annulation du périmètre d'études 2000 soit faite à l'occasion d'une autre délibération sur le sujet....
 
La SCL insiste sur le fait qu'elle trouve très dommageable que le CG69 ait entrepris ce projet de faux COL en traversant des zones agricoles et des régions protégées par la DTA (Directive Territoriale d'Aménagement de l'aire métropolitaine lyonnaise) adoptée en 2005 alors que d'autres solutions sontt possibles : Pierre JAMET rétorque que, pour lui, le projet du département n'est pas contraire à la DTA car, selon lui, il est envisageable d'éviter les zones protégées et de développer les voiries existantes sans en créer de nouvelles. Il se demande comment "le Progrès" a bien pu publier des plans. Il indique aussi que le projet du Conseil Général aurait le grand mérite de permettre aux habitants de Tarare et de L'Arbresle d'avoir une meilleure desserte routière. Nous rétorquons que le grand risque du nouveau projet soit de déménager le territoire (exode des entrprises plus facile) plutôt que de l'aménager...
 
Pour lui,  le projet départemental lui paraît être la meilleure solution pour l'arrivée de l'A89 puisqu'il répond à la demande de la commune de Lissieu de joindre l'A6 plus au nord : il existe déjà près d'Arnas une connexion d'autoroutes et il faut éviter que les véhicules de l'A89 arrivent à l'entrée de LYON. La SCL lui indique que c'est bien l'une des raisons de son opposition totale à l'A89. Selon lui, avec ce projet Arnas/Les Olmes, le grand COL est abandonné (!?!?!????)
 
Il  dit aussi que ce projet de jonction Les Olmes/Arnas met du plomb dans l'aile de l'A45 puisque les véhicules arrivant de Saint-Etienne ne seraient plus interceptés par le COL (puisque annulé d'après lui) et qu'il est impensable de faire arriver les véhicules sur l'agglomération lyonnaise par l'A450 et Pierre-Bénite. La SCL insiste alors pour dire qu'elle s'oppose aussi depuis toujours à cette autoroute et qu'elle ne comprend pas que les promesses ministérielles au moment du Grenelle ne soient pas respectées (A45 doublon de l'A47, alternative ferroviaire prioritaire, ...). Pierre JAMET rappelle que le CG69 depuis longtemps est opposé à l'A45 et que cette autoroute a été poussée par le lobbying des CCI qui semblent être un peu plus réservées sur le sujet depuis quelque temps. La SCL développe ses arguments habituels contre l'A45 (en insistant sur la nécessité pour St-Etienne de développer ses propres entreprises et ses propres emplois localement alors que l'A45 serait un appel d'air en direction de Lyon). Elle rappelle le coût exorbitant de l'A45 et le grand risque des subventions d'équilibre et/ou de la clause de déchéance à la charge des collectivités (dont le département du Rhône). Edmond LUCA développe ses arguments en faveur de la liaison ferroviaire et la nécessité de diminuer les GES alors que l'A45 les augmenterait. Pierre JAMET, originaire de St-Etienne, semble acquis à cette idée mais remarque que faire rouler des trains presque vides n'est pas une solution pour réduire les GES (faux arguments vite démontés par Edmond Luca).
 
La SCL insiste à plusieurs reprises sur son  opposition à tout projet autoroutier (A45/A89/COL/TOP).
 
Pierre JAMET insiste pour dire que la solution du CG69 (Arnas/Les Olmes) serait la meilleure pour empêcher le COL et l'A45 ! Il compte sur la SCL pour soutenir son projet auprès du Chef de Cabinet du Secrétaire d'Etat aux Transports qu'elle rencontre le mardi 8 mars après-midi à Paris...  La SCL est opposée à tout projet autoroutier. (Pierre JAMET n'a pas besoin d'elle pour soutenir ce projet dans les ministères, Michel MERCIER, Ministre lui-même, se chargera bien de le faire.)
 
L'entretien a duré 1 h 1/4. Mais après avoir quitté nos interlocuteurs, la délégation SCL regrette de n'avoir pas eu le temps de développer son argumentation contre le TOP. Elle compte sur STOP-AU-TOP pour intervenir auprès des instances départementales.

 

13:58 Publié dans C.O.L | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Pierre JAMET insiste pour dire que la solution du CG69 (Arnas/Les Olmes) serait la meilleure pour empêcher le COL et l'A45 ! Il compte sur la SCL pour soutenir son projet auprès du Chef de Cabinet du Secrétaire d'Etat aux Transports qu'elle rencontre le mardi 8 mars après-midi à Paris... La SCL est opposée à tout projet autoroutier. (Pierre JAMET n'a pas besoin d'elle pour soutenir ce projet dans les ministères, Michel MERCIER, Ministre lui-même, se chargera bien de le faire.)

Écrit par : ged sample questions | 15/04/2011

Les commentaires sont fermés.