Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/03/2011

SNIT déclaration commune FRAPNA, LPO, SCL et Paysages Beaujolais

Application du SNIT dans le Rhône :

les associations de protection de l’environnement

disent NON aux autoroutes !


Le 27 mars 2011 marque la fin de consultation publique relative au

Schéma National d’Infrastructures de Transport (SNIT). La FRAPNA-Rhône,

la LPO-Rhône, la Sauvegarde des Coteaux du Lyonnais et Paysages

Beaujolais s’opposent fermement à tout nouveau projet autoroutier aux

conséquences désastreuses notamment pour l’environnement, l’agriculture

et le tourisme. Le réseau autoroutier rhodanien est déjà suffisamment

dense, et d’autres alternatives comme le report modal sont à privilégier.


Le COL et l’A45 : Incohérences et justifications douteuses pour des

impacts irrémédiables sur l’environnement

Rappelons qu’aujourd’hui le réseau autoroutier rhodanien est déjà très dense,

et que 1000 à 1500 hectares d’espaces naturels et agricoles disparaissent chaque

année dans le département au profit de l’urbanisation, soit 4 fois plus que la

moyenne nationale. Les autoroutes amplifient ces phénomènes en multipliant les

zones construites aux abords des échangeurs.

En outre, une autoroute est une crevasse infranchissable au sein des

exploitations agricoles et des milieux naturels. Elle endommage gravement ou rompt

les corridors écologiques dont la préservation est pourtant un enjeu

régulièrement affiché dans les lois Grenelle. De plus, elles génèrent des émissions de

gaz à effet de serre, en contradiction avec les conclusions du sommet de Cancun sur

le climat.

1) Un faux COL sans raison d’être

Le SNIT mentionne la réalisation d'un « Contournement Ouest de Lyon

(réalisation partielle) » afin de décongestionner les voiries. Or, ce tronçon de 25

km ne fait l'objet d'aucune précision sur le territoire d'implantation prévu,

ni sur les voies qu'il s'agirait de fluidifier.

La décision prise l’an passé par les conseillers généraux du Rhône, de réaliser

un premier tronçon, entre le Nord de Villefranche et la région de Tarare, soulève

aussi des inquiétudes, notamment quant à la possible poursuite du tronçon vers la

région de Saint-Etienne, voire même la vallée du Rhône, qui engendrerait des

conséquences désastreuses sur les espaces naturels et agricoles du Lyonnais et du

Pilat.

Par ailleurs, ce tracé s'inscrivant dans un périmètre différent de celui défini par

l’Etat, il ne peut être considéré comme un Contournement Ouest de Lyon. Si

le projet se concrétisait, les associations s’interrogent sur l’impact financier que

devraient supporter les collectivités locales.

D’une façon générale, nous nous opposons à tout tracé de COL et à ses

extrapolations en raison des dégâts irrémédiables qu’il générerait sur les

secteurs concernés.

2) L’A45, une cicatrice au coeur du Plateau Mornantais

Le SNIT fait également état de l’autoroute A 45 qui assurerait la liaison entre

Lyon et Saint-Etienne.

En traversant le plateau Mornantais, elle viendrait détruire un des espaces

de biodiversité les plus riches du Rhône. Cela engendrerait également la

déstructuration d'une agriculture de qualité et de proximité, qui souffre déjà d’une

perte d’espace et du nombre d’exploitants.

Enfin, l’autoroute A45 viendrait aggraver l’engorgement de la circulation

routière dans le Grand Lyon, et serait par conséquent contraire au Plan de

Déplacement Urbain adopté il y a plus d’une décennie dans l’intérêt des habitants.

Des alternatives existent…

Pour toutes ces raisons, les associations rejettent ces projets autoroutiers,

et souhaitent à ce que les alternatives existantes soient privilégiées.

Ainsi, avant tout nouveau projet d’infrastructures, il est impératif d’approfondir le

report modal, notamment par l’amélioration du service ferroviaire et du transport

fluvial de marchandises, et le développement du covoiturage, qui sont les vrais

garants d’un transport durable.

Contact presse : Julien BOCQUET – FRAPNA-Rhône 04 37 47 88 57

Contact technique : Patrice FRANCO – LPO Rhône 04 72 77 40 98,

 Julien BOUNIOL – FRAPNA-Rhône 04 37 47 88 55

 

11:10 Publié dans C.O.L | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Il existe une solution toute simple et rapide pour rendre ce projet caduc. Le suffrage universel, pour une fois, nous en donne une occasion exceptionnelle. Il suffit de voter contre les conseillers généraux, notamment les sortants des cantons concernés qui ont donné un avis favorable à ce tronçon le 19 novembre 2010 et de soutenir ceux qui s’engagent à le combattre ou à proposer des solutions alternatives. Ils ont affirmé leurs convictions et pris leurs risques. Affirmons les nôtres. Il suffit d’un seul canton dans le Rhône pour faire basculer la majorité à l’assemblée départementale. A défaut d’être enterré, on peut espérer que le projet serait a minima exposé et discuté avec les citoyens-électeurs et contribuables concernés. Elémentaire… et ça se passe dimanche 20 mars. A vos bulletins !

Écrit par : Laurent Morel | 14/03/2011

Non à ce projet d'autoroute

Écrit par : Lenoir | 16/03/2011

Les commentaires sont fermés.