Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/03/2011

Compte-rendu réunion à la Préfecture de Région, 2 mars 2011

Les représentants de la Coordination des Associations du Beaujolais ont été reçus à la Préfecture

ce mercredi 2 mars 2011 à 17 heures, par M. Jean-François Carenco, Préfet de Région, en présence de M. Didier Loth, Préfet de l’arrondissement de Villefranche, Mme Josiane Chevalier, Secrétaire générale de la Préfecture, M. Guy Lévi, Directeur Départemental des Territoires.


Marie-France Rochard, porte-parole de la Coordination des associations et présidente de l’Association « Bien vivre au Bois-d’Oingt et en Pays beaujolais », était accompagnée de Christian Ledoyen, président d’ APEOS, Isabelle Brossard, présidente de « Paysages Beaujolais » et Jean-Louis Rivaux, membre du bureau du « Beaujolais doré ».

Ces représentants ont fait part de leurs inquiétudes concernant le projet de réaliser la partie nord du COL, avec un positionnement souhaité par le Conseil général, lors de sa séance du 19 novembre 2010, entre l’échangeur nord de Villefranche sur l’A6 et l’A89 dans le secteur des Olmes.

Monsieur le Préfet a resitué la question dans le contexte très difficile des infrastructures de transports de la région lyonnaise. Il faut déterminer des priorités.

Les associations qui représentent les habitants doivent s’adresser à leurs élus.

Ceux-ci élaborent et proposent des projets : ils sont dans leur rôle.

Actuellement, l’Etat n’a pas de dossier dans le Beaujolais et ce projet des Olmes à Arnas auquel le Conseil Général a donné un avis favorable, ne figure pas dans le Schéma National des Infrastructures de Transport en cours de consultation publique.

Les priorités pour le raccordement de l’A89 sont la terminaison de La Tour-de-Salvagny à l’A6 et le barreau de la Plaine des Chères, vers l’A46.

Ces liaisons doivent se faire dans un délai rapide.

Les problèmes les plus importants de circulation se trouvent vers le sud, avec le passage à Givors de 100 000 véhicules par jour, et il faut financer les solutions.

Les projets de liaison entre Tarare et Villefranche sont d’intérêt local. Il ne faut pas faire une route à partir de rien, mais partir des routes existantes.

Les trafics potentiels restent faibles. S’il y avait concession à une société, il y aurait peu de péages et ils ne couvriraient pas les investissements. Les soultes à payer à la société d’autoroute concessionnaire seraient importantes et à la charge des collectivités locales.

Il faudrait donc que ce soit le Conseil général qui finance soit entièrement la construction, soit les soultes à reverser.

Le Préfet rappelle que le SNIT comprend un important volet d’amélioration des infrastructures ferroviaires et prévoit une augmentation des transports par voie fluviale (objectif possible : + 20 % par an).

IL signale aussi qu’en 2014 les liaisons par train entre Saint-Etienne et Lyon devraient avoir augmenté de 25%.

 

 

10:31 Publié dans C.O.L | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

Commentaires

L'Etat n'est pas au courant et les élus non plus. Il n'y a pas d'enquête publique pour ce tronçon... Par contre le Conseil général a donné un avis favorable sur ce projet dans sa séance publique du 19 novembre 2010! De qui se moque-t-on? Ce projet fantôme sort d'où? Jean-Luc da Passano, vice président du Conseil général chargé des grandes infrastructures et des routes départementales qui a présenté le dossier en séance publique le 19 novembre dernier a peut-être une idée? Et Jean-Jacques Pignard, certainement aussi? Adressons-nous aux élus. N'est-ce pas ce que préconise le Préfet?

Écrit par : Laurent Morel | 07/03/2011

Un petit rappel d'une déclaration de B. Perrut en mai 2006: "Au moment où notre région doit répondre à une demande de logements, aux besoins de zones d'activités et d'infrastructures, et où le Beaujolais engage un plan d'arrachage, il faut préserver notre patrimoine afin qu'il ne perde pas toute lisibilité", précise le député. S'engageant pour des "paysages choisis, non subis", il juge que "le paysage, la maîtrise foncière, la qualité des interventions sur l'espace, l'équilibre entre l'urbain et le rural doivent être placés au coeur des projets d'aménagement à chaque échelon territorial". A l'époque, il est le premier député de Rhône Alpes a avoir signé le "Manifeste pour les paysages" présenté à Paris au président de l'Assemblée nationale par les associations et personnalités "inquiètes des mutations profondes et non maîtrisées des paysages français".

Écrit par : Laurent Morel | 07/03/2011

Cette réunion est de la poudre aux yeux ! J'espère vraiment que les associations reçues ont vu clair dans ce discours et ne se sont pas laissées duper par un préfet si peu convaincant, qui dit noir ou blanc en fonction de ses interlocuteurs... Il me semble qu'il n'y a pas de devoir de réserve à avoir de la part d'un Préfet sous prétexte de cantonales, cela montre tout simplement qu'il sert les intérêts très politiques des conseillers généraux concernés et que le projet est bien lancé.

http://ardsl.over-blog.com/article-le-prefet-de-region-s-exprime-sur-les-relations-routieres-et-ferroviaires-entre-lyon-et-saint-etienne-64974282.html

http://blogs.arte.tv/DDT/frontUser.do;jsessionid=A18225D51983298CB55E0F06FB120994?method=getHomePage&rubricId=101606&blogName=DDT

Écrit par : E. Tricaud | 08/03/2011

Merci M Tricaud pour ces liens très instructifs. J'y apprend ce dont on pouvait se douter, les collectifs d'associations proche de Lyon aimerais bien voir le projet de COL s'éloigner d'eux.
Malgré les bonnes paroles du préfet, je pense qu'il faut rester très vigilant. Ce COL fera des dégâts pour les populations où qu'il passe. On ne peut plus être dans cette logique de toujours plus, toujours plus vite, toujours plus de béton. Il faut une alternative plus respectueuse des hommes qui vivent sur ces territoires.

Écrit par : Pascal | 08/03/2011

Il est clair que cette affaire relève désormais du procureur de la République à qui il appartient désormais de diligenter une enquête, tant au niveau du conseil général que des élus locaux. La démocratie, ça se mérite, surtout à la veille des cantonnales.

Écrit par : Laurent Morel | 08/03/2011

Cantonales, bien sûr... dans 17 jours...

Écrit par : Laurent Morel | 08/03/2011

Je remarque que vous avez ajouté le site blogs.arte.tv/DDT aux liens. N'oublions pas que le président de DDT, dans son courrier du 10 janvier 2011 consultable sur le blog ci-dessus, demande clairement la création du tracé auquel ce site s'oppose...
Quelle est la position de Paysages Beaujolais vis à vis de cette situation?

Écrit par : Bob Lemoche | 08/03/2011

A la lecture des différents courriers (courriers des maires et des associations particulièrement instructifs) cités dans les commentaires ci-dessus, on se demande toujours d’où sort ce projet, qui l’a initié et dans quel but? Serait-il possible d’avoir des noms avant le 1er tour des cantonales…

Écrit par : Laurent Morel | 09/03/2011

Candidat Europe Ecologie Les Verts dans le canton du Bois d'Oingt, j'ai pu constater le mécontentement de la population. La forte mobilisation des associations contre le projet de COL fait peur. L'Etat voudrait nous faire croire que ce n'est pas une priorité, sera t-il encore le cas après
les élections ? Les élus locaux actuels font profil bas mais n'ayant pas le courage et l'intelligence pour prendre les bonnes décisions, lls reviendront à des projets autoroutiers. Le danger existe. Si je suis élu, je m'engage à travailler à des solutions alternatives, en concertation avec les associations.
Jean-Yves SAUCE, candidat EELV

Écrit par : SAUCE jean-Yves | 13/03/2011

Les commentaires sont fermés.