Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2011

Enquête publique du SNIT.

 

16133715-1.jpg

 

A la suite de l'annonce du projet d'autoroute qui partagerait les Pierres Dorées en reliant les Olmes (Communauté de Communes du Pays de Tarare) et Arnas, c'est à dire l’A89 et l'A6, douze associations se sont réunies en janvier dernier pour former un collectif sous le nom de COORDINATION des ASSOCIATIONS du BEAUJOLAIS (CAB).

Il regroupe les associations suivantes :

- « Paysages Beaujolais » (Blacé),

- « Bien vivre au Bois d'Oingt et en Pays Beaujolais » (Bois-d’Oingt),

- « Le Beaujolais Doré » (Lacenas),

- « APEOS" (Association pour la Protection de l'Environnement à l'Ouest de la Saône) (Gleizé),

- « Environnement Durable en Beaujolais » (Rivolet),

- « Patrimoine & Tradition de Ville sur Jarnioux »,

- « Défense du patrimoine et mémoire de Cogny »,

- « Vivre en Pierres Dorées » (Frontenas),

- « En longeant le Morgon » (Lacenas),

- « Déambule »,

- « Cadoles et sens »,


- "Bien vivre à Pouilly" (Pouilly).


PAYSAGES BEAUJOLAIS met son blog à disposition du collectif et vous invite à le consulter, à manifester votre indignation en utilisant les moyens mis à votre disposition ci-dessous.


Cette coordination s’est réunie lundi dernier à Lacenas (cf Le Progrès du 10/02/2011) et a posé les grandes lignes d’une action commune.



1 – Envoyer une lettre au député B. Perrut :
Un prototype de lettre a été mis sur le blog : vous pouvez l'imprimer, la dater, la signer, la mettre à la Poste sous enveloppe avec un timbre. Bien sûr, libre à vous de la modifier. Vous pouvez également en adresser une au député Verchère.



2 - Manifester notre opposition à cette liaison autoroutière dans le cadre de l'enquête publique sur le Schéma National des Infrastructures de Transport (SNIT), ouverte depuis le 27 janvier, et qui se termine le 20 mars. Il ne reste donc que quelques jours pour se manifester. C'EST URGENT !

Comment faire ? aller sur www.developpement-durable.gouv.fr
cliquer transports
puis grands projets
puis SNIT
puis SNIT consultation publique
puis à droite, en bas consultation publique, donnez votre avis
vous arrivez au questionnaire et commentaire à écrire

Ou arriver directement sur la page en cliquant ICI.

(Spécifiez bien le tronçon qui nous intéresse : liaison A89 / A6, Les Olmes / Arnas, vous pouvez vous inspirer de ce  modèle de lettre pour rédiger votre note, et pensez à la signer et mettant vos coordonnées).

ou bien envoyer une lettre par voie postale et en recommandé au Ministère de l'Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement (01 40 81 21 22)
Transports et enquête publique
Grande Arche, Tour Pascal A et B
92055 Paris-La-Défense Cedex

Commentaires

Autoroute en Beaujolais :
Bernard PERRUT obtient du Préfet qu'il reçoive les associations
Bernard PERRUT, député-maire de Villefranche, a demandé au Préfet de Région « de recevoir les représentants des associations du Beaujolais organisées en collectif, qui ont exprimé des inquiétudes légitimes suite à l'annonce d'un projet autoroutier, dont le tracé n'est pas défini, reliant l'A6 depuis Arnas, à l'A89 aux Olmes, qui devrait être intégré au Schéma National des Infrastructures de Transport sur lequel le Conseil Général a donné un avis favorable ».
Bernard PERRUT a obtenu l'accord du Préfet, et juge important qu'« il reçoive les associations, les prennent en considération et qu'un dialogue puisse s'instaurer ». Une date de réunion en mars va être fixée. Pour le député, « il faut aussi que le Préfet réunisse et rencontre les élus qui n'ont toujours pas plus d'informations. »

Écrit par : Bernard PERRUT | 18/02/2011

M.Perrut est le premier à soutenir officiellement le mouvement. On ne peut que l'en féliciter.

Écrit par : Laurent Morel | 18/02/2011

Je suis opposé au projet de liaison ARNAS/LES ORMES(A6/A89) pour les raisons suivantes:
1- Ce projet tourne le dos aux orientations du Grenelle de l'environnement en privilégiant le transport routier, et ce, dans une période ou la néceesité de réduire les pollutions de toutes natures devient urgente.
2- La méthodologie de conduite de ce projet est un camouflet à la démocratie: seul l'avis du Conseil Général a été sollicité, sans communication ni consultation des collectivités locales ou associations concernées.
3- A terme cette réalisation engendrera plus de nuisances que d'avantages en dénaturant le patrimoine du Beaujolais et des Pierres Dorées.

Écrit par : ARNAUDET | 22/02/2011

Bravo à m PERRUT qui a pris une initiative importante, celle de faire recevoir les associations par le PRÉFET.

Écrit par : m et mme R. | 22/02/2011

Je suis opposé au projet de liaison ARNAS/LES ORMES(A6/A89) pour les raisons suivantes:
1- Ce projet tourne le dos aux orientations du Grenelle de l'environnement en privilégiant le transport routier, et ce, dans une période ou la néceesité de réduire les pollutions de toutes natures devient urgente.
2- La méthodologie de conduite de ce projet est un camouflet à la démocratie: seul l'avis du Conseil Général a été sollicité, sans communication ni consultation des collectivités locales ou associations concernées.
3- A terme cette réalisation engendrera plus de nuisances que d'avantages en dénaturant le patrimoine du Beaujolais et des Pierres Dorées.

Écrit par : ARNAUDET | 24/02/2011

Bonjour voisins du Beaujolais
Je suis navrée par vos méthodes. Pourquoi avoir écrit à la Commission du Débat Public sur la RCEA tout le bien que vous pensez de l'autoroute payante Paray le Monial-Mâcon si vous êtes contre les autoroutes?
"Ni ici - ni ailleurs" affichez-vous?!!
Au vu de ce courrier consultable sur internet (débat public RCEA coordination associations beaujolais) "Pas ici mais ailleurs" conviendrait mieux pour qualifier votre action.

Écrit par : Suzanne | 24/02/2011

A l'attention des associations à l'initiative de ce blog et aux habitants qui les soutiennent
Je découvre grâce à Suzanne, le contenu de votre courrier du 4 février 2011, adressé à la commission du débat public sur le RCEA. Il est navrant. Pour vous, sans doute, "la fin justifie les moyens". Mais ce n'est pas en soutenant la construction d'une autoroute payante chez vos voisins que vous gagnerez en crédibilité auprès des populations. Gageons que votre machiavelisme vous perdra. L'image du Beaujolais ne dépend pas seulement de la renommée de son vin et de la beauté de ses paysages mais bien aussi des qualités humaines de ses habitants. Vos méthodes ternissent beaucoup cet aspect et révèlent un bien sombre visage.
Joël

Écrit par : joël | 24/02/2011

En voila qui sont content, grâce aux autoroutes chèrement payées par les citoyens, les sociétés privées s'enrichissent. Pas étonnant qu'elles frappent à toutes les portes pour lancer de nouveau projet d'autoroutes.

http://www.romandie.com/infos/news/201102241927140AWP.asp

Écrit par : Pascal | 24/02/2011

Soyons clairs sur la formulation de nos intentions et actions:
1- Par rapport au positionnement de nos responsables politiques départementaux et nationaux:
- Lorsque M. BRECHARD, Conseiller Général, déclare publiquement lors de notre réunion du 23/02/2011, à 22h30, je cite"avoir été effrayé par le contenu du dossier soumis à l'appréciation de l'assemblée départementale", comment peut-il justifier son abstention? Quand on est "effrayé" à ce point, on ne pas dire qu'on n'est ni pour ni contre, bien au contraire! en se défendant par ailleurs d'user de la langue de bois, et justifier son abstention au prétexte que le SNIT aborde un ensemble de projets sur les transports. Qui plus est, le Président de notre assemblée départementale, par ailleurs Ministre de la Justice semble bien placé pour pouvoir informer ses collègues des intentions gouvernementales sur la particularité du raccordement A6/A89.
De même, nos remerciements à l'adresse de Mrs PERRUT (député) et BRECHARD pour l'obtention d'audiences auprès des autorités concernées, ne sauraient se confondre avec un soutien sincère à notre action. Tout juste s'agit-il de sauver la face sur un dossier gênant en ménageant la susceptibilité des citoyens, voire "noyer le poisson".
Par ailleurs, qui a déclaré il y a quelques mois " l'écologie, çà commence à bien faire " ? C'est bien notre Président de la République.
Ces rappels et mises au point pour dire que notre démarche est un acte politique car opposée à des projets initiés par des politiques ou leurs représentants du pouvoir éxécutif.

2- Notre positionnement par rapport à l'écologie:
Le commentaire de Suzanne et Joêl concernant votre contribution au débat public sur le RCEA mérite éclaircissement. Dans la période actuelle, nous portons une responsabilité particulière pour la défense de notre planéte. Si nous savons bien que la solution miracle n'existe pas en la matière, un minimum de cohérence s'impose dans nos prises de position. Ce qui a d'ailleurs été clairement exprimé lors de la réunion publique du 23/02; à savoir au cas présent, un refus de toute extension du réseau auto-routier, avec pour corollaire un transfert sur les transports en commun, le fer-routage et le tranport fluvial.
En conséquence, votre caution au projet auto-routier PARAY LE MONIAL/MACON est incohérant. Soyons clairs

Écrit par : ARNAUDET | 26/02/2011

Je réponds à Suzanne car je suis l'auteur de la réponse au Débat public sur la RCEA.
Il ne faut pas se tromper: ce débat public ne porte pas sur la nécessité ou l'intérêt de faire cette route dite Route Centre Europe Atlantique. Les décisions sont prises depuis longtemps et les travaux avancent. Mais les crédits manquent.
La question posée dans ce débat public de janvier 2011 porte sur le fait de mettre en concession privée une part de cette route, pour permettre la réalisation plus rapide des tronçons restant à réaliser. La conséquence expliquée dans ce dossier d'enquête serait la mise en place d'un péage. C'est le fait que cette route réalisée jusque là sur des crédits publics devienne payante, qui provoque la réflexion des utilisateurs.
Ma réponse vient en réaction à cette unique problématique:
- pourquoi dépenser de l'argent public ( 700 M euros) pour réaliser une nouvelle autoroute en Beaujolais, 25 km au sud de Mâcon alors qu'il pourrait peut-être être plus utile ailleurs?
- demande à ceux qui décident des aménagements publics de mieux regarder autour d'eux ce qui existe déjà avant de créer de nouvelles infrastructures.
Nous n'avons pas besoin d'un maillage si serré d'autoroutes.
A remarquer aussi que dans cette réponse il n'y a pas de prise de position de notre part sur la RCEA mais des questions.
En ce qui concerne le Beaujolais, nous avons des inquiétudes très fortes non seulement sur ce projet d'autoroute, mais sur le "développement" des zones commerciales et industrielles le long de la Saône, dévoreuses de surfaces agricoles et destructrices des paysages. Inquiétudes aussi sur l'urbanisation accélérée de ces dernières années.
Marie-France Rochard

Écrit par : Marie-France Rochard | 27/02/2011

"Suzanne, Joël, amis de Saône et Loire, du Beaujolais et d'ailleurs,

Nous partageons entièrement votre point de vue et comprenons votre colère.

Nous ignorions l'existence de cette lettre pourtant rédigée par la

Coordination des associations du Beaujolais. Nous l'avons découverte sur le

net par hasard.

Lundi 21/2, nous avons participé à une réunion de la Coordination, au titre de

notre association Paysages Beaujolais. Nous avons essayé de mettre en place

des règles de conduite et de validation démocratiques, et de nous accorder sur

la position du « ni-ici, ni-ailleurs ». Non seulement cette position n'a pas

fait l'unanimité auprès des associations présentes, mais elle n'était pas

défendue par la porte-parole de la Coordination.

La Coordination a donc validé l'objectif « a minima » : pas de tronçon Arnas-Les Olmes.

Pour nous, valoriser le projet de construction du tronçon autoroutier à péage Paray le Monial-Montmarault pour contrer le projet autoroutier Arnas- Les Olmes n'est pas acceptable.

Quoiqu'en pense la porte-parole de la Coordination des associations du Beaujolais, le Conseil Général des Ponts et Chaussées a démontré (rapport Brua) qu'aucun lien automatique ne peut être établi entre la vitalité économique d'un territoire et la qualité de sa desserte autoroutière.



Nous savons que des associations luttent aussi en Saône et Loire.


Nous avons souhaité que notre association quitte très rapidement la

Coordination des associations du Beaujolais.

En vain.


Nous avons démissionné du CA de notre association.


Roger et Valérie PARSEIHIAN,
Xavier BRUNETIERE

Écrit par : valérie, roger et xavier | 27/02/2011

Merci pour cette article, mais ou nous en sommes maintenant?

Écrit par : Lettre de voiture unique | 12/08/2011

Les commentaires sont fermés.