Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/08/2008

Le paysage beaujolais en danger.

DSC_0310.JPG

 

LE PAYSAGE BEAUJOLAIS AUX MAINS DES LOTISSEURS ET DES PROMOTEURS

  

Le Beaujolais est fortement convoité par les promoteurs immobiliers, par sa situation proche de Lyon, Villefranche et Mâcon, proche de l’axe de la vallée de la Saône le long de laquelle se sont greffés l’autoroute A6 et le TGV. Les secteurs sensibles sont ceux sur lesquels un PNR  ne peut être programmé pour plusieurs raisons : la culture intensive de la vigne, et une urbanisation déjà envahissante.

Il s’avère que la mise en place des PLU peut avoir des effets pervers. Quand les terrains à bâtir sont bien localisés, les aménageurs de toutes sortes peuvent alors prendre contact avec les propriétaires, leur faire une offre alléchante et acheter les terrains en question, quitte à les geler si le marché venait à fléchir, en attendant des jours meilleurs.  L’aménageur  doit demander des autorisations de raccordement de réseaux que la commune peut refuser. La commune peut imposer un cahier des charges plus ou moins contraignant selon les objectifs poursuivis.

Nous pouvons nous poser deux questions :

 

a) pourquoi des lotissements ?

Parce qu’il est moins coûteux de faire des réseaux pour une grande quantité de maisons que pour une seule, que  le lotisseur achète la (es) parcelle (s) entière(s) même si elle est très grande.  Plus la parcelle (cadastre) est grande, plus il pourra y mettre de maisons. Jusqu’à présent, la commune pouvait imposer une surface minimum à chaque lot. Dorénavant, il n’y aura plus de surface minimum afin d’augmenter la  densification de la population.

 

b) pourquoi, nos collines se couvrent-elles de maisons (ou pavillons) toutes les mêmes ?

Une fois le terrain aménagé par le lotisseur (réseaux et division en lots), chaque lot est vendu et le nouveau propriétaire va choisir la maison qu’il veut sur catalogue auprès de spécialistes de vente de maisons. Il pourra faire des modifications moyennant suppléments de prix. Les modèles proposés se ressemblent tous. L’impératif est de ne pas coûter cher. Les constructeurs passent des marchés avec les producteurs de matériaux sur une grande échelle afin de réduire les coûts. L’intervention d’un architecte n’est pas nécessaire pour une maison de moins de 170m2, (au-delà elle est obligatoire). Donc, l’homme de l’art est éliminé même si on couvre une colline de 30 maisons de 120 m2 sur un lot de 500 m2 , soit 120X30= 3.600 m2 de surface bâtie et 500X30= 15000 m2 de terrain. Seul, l’assistance d’un géomètre est nécessaire.

Ce phénomène envahit toute la France, surtout près des grandes et petites villes. Le relief beaujolais en partie composé de collines regardant la vallée de la Saône rend notre pays particulièrement sensible à ce type d’urbanisation qui a tendance à remonter des Chères à Tarare, de Belleville à Beaujeu, de Villefranche au Perréon, de Macon à Jullié (pour l’instant).

 

Voici la liste des terrains qu’aménage le groupe Capelli, un des premiers groupes nationaux en tant qu’aménageur-lotisseur, en Beaujolais (au 22 07 2008) :  Le Coteau des Vignes  à St Didier de Beaujeu : 6 lots

                                    Le Coteau du Moulin à Chénelette : 6 lots

                                    Le Coteau des Etoux à Beaujeu : 17 lots

                                    Les Jardins de Bastien à Beaujeu : 31 lots

                                    Les Jardins de Clarisse à St Etienne des Oullières : pas d’infos

                                    Le Clos de Graveton à Jarnioux : pas d’infos

                                    Les Roches à Lamure sur Azergues : 7 lots

                                    Les Terrasses des Vachères à Lachassagne : 9 lots

                                    Bassieux à Anse : 5 lots

                                    Le Clos de Mélanie à Chazay d’Azergues : pas d’infos

                                    Le Clos St Mathieu à Lozanne : 23 lots

                                    Le Clos de la Treille à Chessy : 7 lots

                                    Les Jardins de Campy à Tarare : pas d’infos

 

Soit uniquement pour Capelli au minimum  111 petites maisons à peu près identiques sur le Beaujolais dans un avenir très proche. 

 

Nexity, un des plus grands groupes promoteurs de France, est aussi aménageur : en Beaujolais, il a 3 programmes :

                                    Le Val Parc à Belleville, route des Villards : 36 lots

                                    Le Panorama à Blacé : 12 lots

                                    L’Orée des Vignes à Blacé : 10 lots

 

De nombreux aménageurs de moindre importance (voire petits) font des réalisations dans le Beaujolais :

                                     les terrasses de Beauval à Saint Jean d’Ardières : l’aménageur est Urba-Concept  à St Symphorien d’Ozon,

                                    à Odenas, la SICIM SPA (Lyon) assure l’aménagement d’un lotissement de 6 lots.

 

Au prix d’un effort financier assez considérable, la commune peut elle-même aménager un terrain à bâtir et rester maître de son urbanisation.

 

Voici une liste non exhaustive de promoteurs de petites maisons dans la région. Chaque promoteur propose différents modèles. Elles se ressemblent toutes, parce qu’elles sont faites sur une grande échelle au moindre coût, rendement exige. Chaque promoteur rajoute quelques variantes pour attirer sa propre clientèle.

 

Axial Maisons, Lyon, Bourg en Bresse, Bourgogne : modèles : libre horizon, un jour ici, songe d’été, mélodie de printemps, rayon de soleil, alexia 1, symphonie florale, caresse du temps.

Maisons Patrimoine, Lyon : modèles : acacia, frêne, hêtre, chêne, bougainvillier, érable, lilas, saule, oranger.

Arlogis, Villefranche sur Saône, du Groupe Perspectives, 16 implantations en France.

Clairlogis, Villefranche-sur-Saône.

Maisons et Traditions, région Rhône-Alpes, modèles : amarylis, albizzia, Silène.

Maisons de Pays,  Limonest, modèles : bodéga, bastide, margeride, mirande, cassandre, chaumarègue, guisine

Demeures Rhône-Alpes, Chaponnay

Les Demeures Caladoises, Villefranche-sur-Saône, 5 modèles témoins sur le département du Rhône

Maisons Exclusives, Villefranche-sur-Saône

Les maisons Angélique, Luzinay (38)

Maisons Libre-concept, Bron, modèles : hêtre, star, coquelicot, jonquille, lavande, bastide, iris, twister, alizé, mistral

Maisons Malines, Belleville sur Saône, modèles :inès, marina, léa, vénus, estelle, audrey, lucile

Maisons Floriot, Villefranche-sur-Saône, modèles : agate, albatre, ambre, améthyses, diamantine, émeraude, étoile, malachite, onyx, opaline, saphir, tourmaline, turquoise.

 

Souvent il y a accord entre l’aménageur et le promoteur de maisons de telle sorte que celui qui a acheté un lot est orienté vers tel promoteur. Ainsi  celui qui achète un lot aux  « terrasses de Beauval » à Saint-Jean-d’Ardières devra choisir dans les modèles proposés par  « Maisons et Tradition » et « Maisons de Pays ».

Parfois, on propose une maison « clé en main ». Ainsi, les 8 lots des « coteaux de Nizy » au Bois d’Oingt.

 

Réflexions

On est dans une logique de rentabilité. Il faut que les grands groupes vivent et augmentent chiffres d’affaires et  bénéfices (Capelli, Nexity). Il ne s’agit pas de répondre à une demande mais de susciter la demande (venez vivre dans la maison de vos rêves).  Nos collines sont livrées à la macro-économie. Les analyses et propositions du SCOT tergiversent entre la macro-économie  (d’ici 2030, il faudrait 40.000 nouveaux logements) et le respect du territoire. Le grand perdant, c’est le Pays.

Cette forme d’urbanisation à coup de lotissements traduit une indigence intellectuelle grave de la part des élus. Aucune réflexion ne sous-tend ce genre d’urbanisation.

La plupart des nouveaux habitants sont là par hasard. Il leur faudra deux voitures. Les routes vont devenir insuffisantes. Tous ceux qui vivent au bord de ces routes autrefois tranquilles vont se retrouver au bord d’une voie au bruit incessant. Il faudra accompagner en voiture les enfants pour leurs nombreuses activités périscolaires. Les week ends sont perturbés par le barbecue du voisin ou la tondeuse d’un autre sans parler des aboiements intempestifs du chien d’à côté. Le regard des autres peut être ressenti comme inquisiteur. Le rêve peut tourner au cauchemar. Le logement en lotissements tels qu’ils sont conçus aujourd’hui conduit à un individualisme inhumain.

Il nous semble que l’équipe communale avec les  habitants doivent repenser un mode de vivre ensemble, en partant d’objectifs clairement définis. Certains élus ont la volonté de s’opposer au principe du lotissement. Ainsi la commune de Saint-Vérand a inscrit dans les objectifs de son PLU : « toutes opérations d’urbanisation d’ampleur, notamment les lotissements seront évités ».

 

Et vous, qu’en pensez-vous ?

 

                                                                                                 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

14/08/2008

Le chemin du tacot.

DSC04697-2.jpgUn projet de réhabilitation du chemin du tacot de Saint Jullien à Saint Etienne des Oullières soutenu par Jean Jacques Putigny, Président des Amis de Salles.

Télécharger le dossier:  CFB.pdf

Vous pouvez manifester votre intérêt à ce projet en écrivant à : amisdesalles@live.fr

03/08/2008

Les grandes lignes de la politique de l’Etat en matière d’aménagement du territoire

 

 

 

DSC_3704.JPG

 

Le Président de la République fait sa politique par l’intermédiaire du gouvernement (premier ministre et ministres avec leurs représentants locaux, les préfets de Région et les préfets départementaux) (c’est ce qu’on appelle « l’Etat »)

et les députés,

à l’échelon territorial : le conseil régional (la région), le conseil général (le département) et les maires et leurs conseillers (les communes).

 

Devant la forte attractivité de notre région, plus forte que la moyenne nationale, et devant l’accroissement anarchique de la métropole lyonnaise qui conduit à un « étalement urbain » capable de détruire le paysage et la spécificité de maints pays des alentours de Lyon dont notre Beaujolais, l’Etat s’est engagé dans quatre voies :

 

1) favoriser les regroupements de communes sous forme de Syndicat Mixte, Communautés de Communes, Communauté d’agglomération, Communauté urbaine, autour de projets communs de développement.

Nous avons en Pays beaujolais le Syndicat mixte du SCOT qui regroupe 12 CC et 1 Communauté d’Agglomération (la CAVIL). Syndicats mixtes, CC ou CA sont tous des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) régis par des règles de droit administratif, à fiscalité propre.

 

2) donner les grandes lignes de développement régional qui doit s’harmoniser avec les développements national et européen (et même mondial…). C’est ainsi qu’a été approuvé par décret le 9 janvier 2007 la DTA de l’aire métropolitaine lyonnaise. Les élus territoriaux doivent s’y référer dans l’élaboration des SCOT ou autres contrats de développement. La DTA met l’accent sur la préservation de l’environnement et des espaces naturels (notions de « cœurs verts » ou de « corridors d’eau »

 

3) faire le recensement de toutes les richesses de notre patrimoine naturel, qui est fragilisé par le développement économique et l’arrivée de nouveaux habitants. C’est ainsi que la DIREN, en collaboration avec des directions départementales, réalise depuis 1982 un inventaire des Zones d’Intérêt Naturel Floristique et Faunistique (les ZNIEFF), commune par commune. Deux types de ZNIEFF permettent deux approches différentes :

les ZNIEFF de type I, d’une superficie généralement limitée, sont définies par la présence d’espèces, d’associations d’espèces ou de milieux rares, remarquables ou caractéristiques du patrimoine naturel national ou régional

les ZNIEFF de type II  sont des grands ensembles naturels riches et peu modifiés, ou qui offrent des potentialités biologiques importantes  Les zones de type II peuvent inclure une ou plusieurs zones de type I.

(www.rhone.pref.gouv.fr/web/176-prendre-soin-de-notre-patr...)

 

Pour le Pays Beaujolais :

                                   ZNIEFF type 1 ZNIEFF type 2 Arrêté de biotope        Site Natura 2000

CC Haut Beaujolais                           27                    13

CC Région de Beaujeu                      26                    16                    2

CC Haute Vallée d’Azergues             16                    11                               1 (Claveisolles)

CC Pays d’Amplepuis Thizy              20                    12

CC Pays de Tarare                           18                    13                   

CC Beaujolais-Val de Saône             11                      4                    1          2 (Belleville-Taponas)

CC Beaujolais Vauxonne                     6                      1                    1          1 (St Georges de Reneins)

CC Beaujolais Nizerand Morgon         1

CC Pays du Bois d’Oingt                  25                    11

CC Beaujolais Pierres Dorées            5                      3

CC Beaujolais Val d’Azergues            2                      2

CC Monts d’Or Azergues                    4                      3

La CAVIL                                            3                       3

 

4)  protéger l’environnement naturel par des actions plus précises. C’est ainsi que la notion de corridors biologiques a été développée afin de permettre aux espèces animales de circuler à travers le territoire et aux écosystèmes de fonctionner. Il s’agit de mettre en lumière les zones sensibles et vulnérables. Une étude a été lancée en mai 2007 par la Région Rhône-Alpes et la Préfecture de Région, suite au « Grenelle de l’Environnement ». Trois réunions ont eu lieu à Charbonnières les 27 mai, 17 juin et 7 octobre 2008 . Une cartographie au 25/1000ème constituera une base de données, une carte de potentialités, un document d’orientation et une base de réflexion. Ces données devront être prises en compte par le biais de contrats de territoires à l’échelle intercommunale, PNR ou Département. Ces données seront à intégrer au SCOT, aux PLU etc.

 

Que ce soit les ZNIEFF ou les corridors biologiques, ce sont des outils donnés à chacun d’entre nous pour  discuter un permis de construire ou orienter la discussion autour d’un PLU, ou demander le classement d’une zone etc…

 

02/08/2008

Un Parc Naturel Régional

DSC_0792.JPG

 

 

 

« 

« Comment fonctionne un PNR ? Qu’est-ce qu’un PNR ? À travers une Charte (un projet de territoire) élaborée par les élus locaux, les associations et les acteurs du territoire, le PNR, géré par un Syndicat Mixte regroupant les communes du parc, les Communautés de Communes, la/les Région(s) et le(s) département(s) concerné(s), définit une politique de développement sur un territoire qu’ils définissent, pour une durée de 10 ans.

            Un PNR est avant tout un outil démocratique de développement économique.

 

            1) Les conditions

             Posséder des richesses           •naturelles (faune, flore, habitats, milieux),

                                                           •culturelles (histoire, architecture et paysage),

                                                           •humaines (savoir-faire et techniques),

            Avoir une volonté politique pour mener à bien un développement économique qui tient       compte de la protection de ces richesses et vouloir les mettre en valeur.

 

            2) les avantages

- créer un ensemble politique cohérent qui dépasse les frontières des communes, des Communautés de Communes ou des SCOT. Ce sont les acteurs de la Charte qui se lient eux-mêmes, sans aucune pression venant « d’en haut ». La Charte a prédominance sur les SCOT et PLU. Elle permet de s’entendre sur des actions qui dépassent largement les problématiques locales, et offre un cadre pour trouver des solutions à une échelle territoriale.

- dégager des moyens humains pour développer la région :

Une équipe pluridisciplinaire et compétente composée de personnels techniques, scientifiques et administratifs permet de mettre en œuvre les actions décidées par le Syndicat Mixte en fonction des objectifs définis par la Charte. Ceci représente un importante capacité d’ingénierie (architecte, agronome, ingénieurs forestier, viticole…) au service des habitants du territoire et des élus.

- dégager des moyens financiers nettement supérieurs à ceux qui seraient mis dans des actions au coup par coup par les communes. En général ils sont de 2 à 3 fois plus importants qu’ailleurs.

            Exemple : le PNR du Pilat                     Europe, Etat, Région, Département                                                                                                                                                                    41%

                                                                       Ministère de l’Environnement                                                                                                                                                                             5%

                                                                       Recettes diverses (loyer, vente doc)                   7%

            Participation des membres du Syndicat Mixte :   Conseil général  de La Loire                                                                                                                                                                  14%

                                                                       Communes Rurales                                          7%

                                                                       Conseil Général du Rhône                                 5%

                                                                       Villes Portes                                                    14%

- participer à un développement économique, rural et touristique cohérent, en créant des projets clairement établis. Cela renforce la cohérence territoriale et la rend donc plus efficace et plus lisible. La notion de « Ville Porte » permet de trouver une cohérence entre  une ville et ses alentours. Saint Etienne est une ville porte du PNR . La ville ne fait pas partie du PNR mais une partie du territoire de la commune en fait partie.

- appartenir à un réseau national de PNR. Aujourd’hui on recense 45 PNR qui représentent 13% du territoire français, 3706 communes, plus de 7 millions d’hectares et plus de 3 millions d’habitants.

En Rhône-Alpes, il existe déjà un réseau de PNR : les 10 Parcs d’Auvergne.
Enfin deux y sont actuellement à l’étude : l’un en Dombes, l’autre à cheval sur les régions Rhône-Alpes et Provence-Côte d’Azur, les Baronnies.

 

   5) Procédure à suivre pour la création d’un PNR :

C’est à l’initiative de la Région Rhône-Alpes que peut s’engager la procédure d’élaboration de la Charte du PNR.

Pour demander à la Région Rhône-Alpes de déclarer le Beaujolais zone éligible pour un PNR, il faut donc une forte volonté politique associée à une non moins forte volonté des habitants ».                                                                                                          

Sites à consulter :

http://centre-de-ressources.parcs-naturels-regionaux.fr/f...

www.parc-naturel-pilat.fr

www.parcs-massif-central.com