Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/08/2008

Un Parc Naturel Régional

DSC_0792.JPG

 

 

 

« 

« Comment fonctionne un PNR ? Qu’est-ce qu’un PNR ? À travers une Charte (un projet de territoire) élaborée par les élus locaux, les associations et les acteurs du territoire, le PNR, géré par un Syndicat Mixte regroupant les communes du parc, les Communautés de Communes, la/les Région(s) et le(s) département(s) concerné(s), définit une politique de développement sur un territoire qu’ils définissent, pour une durée de 10 ans.

            Un PNR est avant tout un outil démocratique de développement économique.

 

            1) Les conditions

             Posséder des richesses           •naturelles (faune, flore, habitats, milieux),

                                                           •culturelles (histoire, architecture et paysage),

                                                           •humaines (savoir-faire et techniques),

            Avoir une volonté politique pour mener à bien un développement économique qui tient       compte de la protection de ces richesses et vouloir les mettre en valeur.

 

            2) les avantages

- créer un ensemble politique cohérent qui dépasse les frontières des communes, des Communautés de Communes ou des SCOT. Ce sont les acteurs de la Charte qui se lient eux-mêmes, sans aucune pression venant « d’en haut ». La Charte a prédominance sur les SCOT et PLU. Elle permet de s’entendre sur des actions qui dépassent largement les problématiques locales, et offre un cadre pour trouver des solutions à une échelle territoriale.

- dégager des moyens humains pour développer la région :

Une équipe pluridisciplinaire et compétente composée de personnels techniques, scientifiques et administratifs permet de mettre en œuvre les actions décidées par le Syndicat Mixte en fonction des objectifs définis par la Charte. Ceci représente un importante capacité d’ingénierie (architecte, agronome, ingénieurs forestier, viticole…) au service des habitants du territoire et des élus.

- dégager des moyens financiers nettement supérieurs à ceux qui seraient mis dans des actions au coup par coup par les communes. En général ils sont de 2 à 3 fois plus importants qu’ailleurs.

            Exemple : le PNR du Pilat                     Europe, Etat, Région, Département                                                                                                                                                                    41%

                                                                       Ministère de l’Environnement                                                                                                                                                                             5%

                                                                       Recettes diverses (loyer, vente doc)                   7%

            Participation des membres du Syndicat Mixte :   Conseil général  de La Loire                                                                                                                                                                  14%

                                                                       Communes Rurales                                          7%

                                                                       Conseil Général du Rhône                                 5%

                                                                       Villes Portes                                                    14%

- participer à un développement économique, rural et touristique cohérent, en créant des projets clairement établis. Cela renforce la cohérence territoriale et la rend donc plus efficace et plus lisible. La notion de « Ville Porte » permet de trouver une cohérence entre  une ville et ses alentours. Saint Etienne est une ville porte du PNR . La ville ne fait pas partie du PNR mais une partie du territoire de la commune en fait partie.

- appartenir à un réseau national de PNR. Aujourd’hui on recense 45 PNR qui représentent 13% du territoire français, 3706 communes, plus de 7 millions d’hectares et plus de 3 millions d’habitants.

En Rhône-Alpes, il existe déjà un réseau de PNR : les 10 Parcs d’Auvergne.
Enfin deux y sont actuellement à l’étude : l’un en Dombes, l’autre à cheval sur les régions Rhône-Alpes et Provence-Côte d’Azur, les Baronnies.

 

   5) Procédure à suivre pour la création d’un PNR :

C’est à l’initiative de la Région Rhône-Alpes que peut s’engager la procédure d’élaboration de la Charte du PNR.

Pour demander à la Région Rhône-Alpes de déclarer le Beaujolais zone éligible pour un PNR, il faut donc une forte volonté politique associée à une non moins forte volonté des habitants ».                                                                                                          

Sites à consulter :

http://centre-de-ressources.parcs-naturels-regionaux.fr/f...

www.parc-naturel-pilat.fr

www.parcs-massif-central.com

 

 

Commentaires

En janvier 2007 Monsieur Pierre SIGOVIER lançait l'idée, relayée par la presse, de promouvoir le Beaujolais comme "Paysage remarquable et à remarquer" .
Je lui proposais l'appui des associations du Beaujolais des Pierres Dorées.
Après ses remerciements je n'ai plus entendu parlé de cette affaire.
Je sui s toujours partant pour oeuvrer à ce projet

Écrit par : Braymand | 02/08/2008

Oui, c'est intéressant mais qui est M.Pierre Sigovier?

Écrit par : Brossard | 04/08/2008

L'idée d'un PNR pour le Beaujolais est bien évidemment une excellente idée qui avait été déjà plus ou moins avancée dans les années 70 !
Car le Beaujolais, tout comme son "lointain" voisin sudiste du Pilat constitue un "espace vert" à forte valeur paysagère aux portes d'une grande agglomération européenne qui ne cesse de s'étendre. Ainsi la pression humaine (et par conséquent foncière) est-elle de plus en plus forte sur le Sud du Beaujolais (de nombreuses communes ont plus de 200 hab./km2) faisant chaque jour disparaître (à jamais) un paysage rural d'une grande beauté.
Néanmoins, y-a-t-il une volonté politique -et même une volonté des beaujolais eux-même- pour vouloir créer un tel outil ?... J'en doute...
De nombreux habitants de la région - sous l'effet justement d'une urbanisation rapide et massive- concoivent les villages du Beaujolais comme de lointaines banlieues -dortoirs de l'agglomération lyonnaise et limitent leurs intérêts aux clôtures de leurs terrains.
Pour certains élus, d'autre part, cette poussée urbaine est vue comme la poule aux oeufs d'or : à Oingt par exemple, sitôt le classement du village obtenu ("Plus beau village de France"), les lotissements ont fleuri et il y a même dans l'air le projet de construction d'un immeuble !!!
Un PNR serait pour notre région un véritable défi (qui ,enfin, permettrait de fédérer nos élus, nos communes et nos cantons qui trop souvent agissent en ignorant le voisin) : défendre des paysages variés (Pierres Dorées / Val d'Azergues / Haut Beaujolais / Val de Saône / Piémont viticole...) qui s'étalent de 170 à 1012 m. d'altitude; un bâti de qualité (églises gothiques, châteaux, bourgs anciens) et une superbe architecture vernaculaire contre une uniformisation qui résulterait de l'étalement urbain de Lyon et de nombreux projets qui menacent notre environnement (jonction autoroutière A89-A46; Zone industrielle Belleville-St Georges; aérodrome ; fermeture du paysage par les douglas; etc...) mais aussi promouvoir notre patrimoine, nos produits et d'autres modes de production (bio, développement durable, viticulture raisonnée...) et de transport.
Un PNR Beaujolais qui pourrait rassembler environ 70 à 80 communes, ce serait à coup sûr un superbe projet pour la région et pour reprendre une ancienne publicité touristique, affirmer que "le Beaujolais, c'est aussi un pays !".

Écrit par : Turpin | 04/09/2009

"Ainsi la pression humaine (et par conséquent foncière) est-elle de plus en plus forte sur le Sud du Beaujolais (de nombreuses communes ont plus de 200 hab./km2) faisant chaque jour disparaître (à jamais) un paysage rural d'une grande beauté."

malheureusement, à emeringes, il y a une dizaine de maison neuve en construction, qui ne s' intègreront probablement pas au paysage.
et lorsqu' il n' y a plus ni campagne ni paysage, que fera-t-on?

Écrit par : déception | 18/04/2012

Les commentaires sont fermés.